Avantages
EN | FR

Le potentiel des véhicules autonomes

Les véhicules autonomes promettent des solutions de transport plus fiables, sécuritaires, inclusives et efficaces. Voici comment ils pourraient simplifier nos vies.

Sécurité

90 % des accidents de la route pourraient être évités grâce aux voitures autonomes

Beaucoup d’accidents découlent de mauvaises habitudes de conduite. On ne s’attend pas à ce que les voitures autonomes soient parfaites, mais les experts s’entendent pour dire qu’elles surpasseront l’humain en ce qui concerne l’observation des règles de sécurité routière. Cela dit, jusqu’à ce que les véhicules entièrement autonomes circulent sur nos routes, les humains devront toujours être pleinement responsables de la conduite de leur véhicule, et ils devront comprendre les limites de toute technologie intégrée à bord.
Capacité de déplacement

74 % des Canadiens pensent que les voitures autonomes amélioreront leur capacité de déplacement

Les véhicules autonomes pourraient bien ouvrir un monde de possibilités pour les personnes qui ne peuvent plus ou pas prendre le volant, comme les enfants, ou encore les personnes âgées ou handicapées.
Commodité

51 % des Canadiens croient que l’arrivée des voitures autonomes laissera plus de temps aux gens pour les loisirs

Les Canadiens passent plus de 11 millions d’heures par année coincés dans les embouteillages. L’ère des véhicules entièrement autonomes permettra de passer moins de temps à conduire pour se concentrer sur des tâches plus utiles pendant les déplacements.
Économie

Les retombées économiques des véhicules autonomes sont estimées à 65 milliards de dollars

Nos déplacements ont un grand impact sur nos vies et notre monde. On prévoit que les voitures autonomes seront plus efficaces sur les routes que les voitures traditionnelles. Chaque véhicule pourra circuler de manière optimale sur la route, ce qui contribuera à réduire les embouteillages.

L’évolution de la voiture

L’automatisation se décline de toutes sortes de façons, et il y a tout un monde entre un véhicule qui propose une assistance au stationnement et un autre qui se conduit seul.

Voyez l'évolution de la voiture
  • Nous continuons d’ajouter des capteurs [aux véhicules], capteurs qui viendront faciliter la conduite en agissant notamment sur le régulateur de vitesse et d’espacement, l’aide au maintien dans la voie, la surveillance des angles morts et, très bientôt, l’autonomie complète.

    - John Ellis, ancien technologue mondial et chef du programme de développement chez Ford

  • Pour profiter des avantages des véhicules autonomes, il faudra les mettre à l’essai sur nos routes, dans nos collectivités, et les adapter à nos différents climats canadiens.

    - L’honorable Marc Garneau, ministre canadien des Transports

  • Au fur et à mesure que les technologies d’aide à la conduite se répandent, il est de plus en plus important que les conducteurs connaissent bien les systèmes et fonctions de leur véhicule. Or, en raison de la grande variété de noms commercialisés par les constructeurs, et considérant l’absence de consensus au sein des organismes de réglementation, les consommateurs peinent à différencier ces technologies et à comprendre leur fonctionnement concret.

    - AAA, rapport Advanced Driver Assistance Technology Names

  • Leur potentiel est énorme. Comme avec Internet, l’avènement des véhicules autonomes révolutionnera notre société.

    - Sebastian Thrun, fondateur de l’équipe de création de la voiture sans conducteur de Google

  • Il y a un plus gros problème avec toutes ces technologies modernes dans les nouvelles voitures, soit celui du logiciel complexe qui connecte les véhicules à Internet, permettant aux constructeurs automobiles de recueillir des données essentielles sur les conducteurs… Il n’y a pas de réglementation sur la façon dont ces données peuvent être utilisées ou stockées, ni sur l’endroit où elles peuvent l’être. Mais si les grandes entreprises sont pour récolter et tirer parti de précieuses données, ne devraient-elles pas payer quelque chose? Elles profitent de nos renseignements personnels. Ne devrions-nous pas recevoir notre part? Après tout, ce sont nos données – elles nous appartiennent. Nous devrions savoir ce qui en est fait. À l’avenir, considérons donc les données comme un produit monnayable. Nous avons tous droit à notre part.

    - Petrina Gentle, journaliste au Globe and Mail

Previous
Next

Une route sinueuse

Malgré tout le potentiel de l’automatisation, certaines questions et préoccupations doivent être abordées avant que les véhicules à autonomie complète ne deviennent une réalité.

Mythes et questions