Droits des voyageurs aériens

Charte des voyageurs aériens : la majorité des Canadiens ne connaissent pas leurs nouveaux droits

man in airport lobby
décembre 13, 2019

Une nouvelle étude publiée aujourd’hui par l’Association canadienne des automobilistes (CAA) révèle que plus de la moitié (56 %) des Canadiens ne savent pas qu’ils ont désormais de nouveaux droits en tant que voyageurs aériens.

« Il est clair que le gouvernement et les compagnies aériennes doivent en faire plus pour s’assurer que les Canadiens connaissent leurs droits », soutient Jeff Walker, gestionnaire stratégique principal de la CAA. « À l’approche de la période des Fêtes, généralement fertile en voyages, cela nous semble particulièrement important que les voyageurs aient connaissance de la nouvelle réglementation et sachent comment présenter une réclamation. »

Il y a déjà près de six mois, le Gouvernement du Canada a annoncé une première phase de mise en œuvre pour la charte des voyageurs aériens. Divers droits avaient alors été introduits, dont : le droit à une compensation pouvant atteindre 2 400 $ lorsqu’un passager perd sa place sur un vol en raison d’une surréservation; des compensations plus élevées en cas de bagage perdu ou endommagé; ainsi que le droit de recevoir, de la part des transporteurs, des communications claires sur les droits des voyageurs et les moyens de présenter une réclamation.

Une deuxième et plus substantielle série de droits entrera en vigueur le 15 décembre. Parmi les nouveautés, notons le droit à une compensation financière à la suite d’un long retard ou d’une annulation de vol. De plus, les compagnies aériennes auront l’obligation de rembourser un billet ou d’en offrir un nouveau lorsqu’un vol est retardé de plus de trois heures ou carrément annulé. Enfin, les transporteurs seront aussi tenus d’accommoder sans frais un parent pour qu’il soit assis avec ses enfants de moins de 14 ans.

« La CAA encourage les voyageurs à prendre connaissance de leurs nouveaux droits et à faire une réclamation s’ils pensent qu’ils n’ont pas été respectés », ajoute Jeff Walker. « Nous continuerons de représenter les intérêts des voyageurs en suivant de près l’efficacité du système et en demandant des comptes à l’Office des transports du Canada. »

Dans l’éventualité où une compagnie aérienne ne donnerait pas adéquatement suite à une réclamation, les voyageurs pourront s’informer ou déposer une plainte auprès de l’Office des transports du Canada (www.protectionpassagersaeriens.ca).

La CAA est l’un des plus grands exploitants d’agences de voyages d’agrément au pays. Elle défend depuis plusieurs décennies les intérêts des voyageurs.

L’étude publiée aujourd’hui par la CAA repose sur un sondage qui a été mené du 27 novembre au 4 décembre 2019 auprès d’un bassin de plus de 1 500 Canadiens. Un échantillon probabiliste de même taille aurait conduit à une marge d’erreur de ± 2,5 %, 19 fois sur 20.

À propos de la CAA

Fédération à but non lucratif, l’Association canadienne des automobilistes (CAA) regroupe huit clubs automobiles qui offrent à plus de 6,5 millions de membres un service d’assistance routière exceptionnel, des services complets en matière d’automobile, de voyage et d’assurance, ainsi que des rabais privilégiés. La CAA défend aussi les intérêts de ses membres sur une variété d’enjeux qui leur tiennent à cœur, dont la sécurité routière, l’environnement, la mobilité, les infrastructures et la protection des consommateurs.

Pour plus d’information ou pour demander une entrevue, veuillez communiquer avec :

Kristine D’Arbelles
Gestionnaire principale des affaires publiques
613-796-9404
kdarbelles@national.caa.ca